Vidéo Spéciale Halloween

Et une petite séquence flippe comme ça pour le fun.

Cette vidéo ainsi que nos autres productions audiovisuelles sont également sur la chaîne YouTube du même nom que le site.

https://youtu.be/XFtOeITalw8

E D I T H D E N A N T E S

+ d’infos sur la fête d’Halloween
https://fr.wikipedia.org/wiki/Halloween

+ d’infos sur notre art de vivre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

+ la chaîne de vidéo Edith de Nantes
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/videos

Deux Moi [2019]

Une comédie dramatique d’aujourd’hui signée Cédric Klapisch qui fait du bien.

Une romance mitoyenne

Le pitch de départ de cette comédie douce-amère est le suivant : deux célibataires vivants chacun et chacune dans leurs appartements respectifs situés dans deux immeubles mitoyens se croisent mais ne se voient jamais. Les deux trentenaires isolés sont en proie à des états passagers de déprime latente et de résignation.

Noyés dans un quotidien assez terne du travail et dans la routine du métro-boulot-dodo (l’un n’arrive plus à trouver le sommeil, l’autre dort trop), nos deux héros vont alors tenter de remonter la pente de la dépression chronique qui les guette.

Quelques petits faits anodins vont rapidement leur révéler cet état de fait et les incitera à pousser les portes deux psychologues (joués par une délicieusement drôle Camille Cotin et un François Berléand qui parle peu mais qui vise toujours juste).

François Civil (“Le Chant du Loup“, “Mon Inconnue“) et Ana Girardot (“Ce qui nous lie“) forment un duo efficace et ce même s’ils ne partagent pas de scènes conventionnelles où s’échangent des répliques. Mais ils apparaissent néanmoins ensemble dans de nombreux plans (notamment lorsqu’on les voit contempler mélancoliquement le lointain sur leurs balcons respectifs).

Enfin quelques petits rôles discrets mais notables sont irrésistiblement comiques et vont même involontairement avancer l’intrigue (Zinedine Zoualem en pharmacien un peu coincé et surtout Simon Abkarian en épicier drolatique). A noter aussi une apparition désopilante de Pierre Niney (ancien comparse de Civil dans la série Casting(s) et dans Five qui tente tant bien que mal de raviver les souvenirs de collège-lycée de son pote).

2.0 quand tu nous tiens

Chronique amusante des travers des réseaux sociaux, on en sait un peu plus en ressortant sur comment trouver l’âme sœur grâce à la technologie. Pour le meilleur (retrouver un ancien camarade de classe pour Rémi) comme pour le pire (enchaîner les relations disparates pour Mélanie).

Dans ces deux cas extrêmes, le film fait beaucoup rire et parfois même avec une touche de d’humour caustique. Le monde du travail en prend également pour son grade (la pression que subit Mélanie pour la préparation d’une présentation collective, le côté déshumanisant d’une activité terriblement routinière pour lui).

Cette comédie réserve aussi ces rares mais nécessaires instants à tonalité plus grave comme Klapisch nous y a souvent habitués dans ses précédents films (« Le Péril Jeune », « Un Air de Famille », « Paris »). Rien de larmoyant, juste des scènes qui donnent un peu plus de profondeur à la légèreté de l’ensemble.

Et puis comme le dit de manière totalement désabusée la psy de Mélanie « les réseaux sociaux ont tué les relations sociales ». Mais cela n’a pour l’instant encore trop empêché les gens de danser lorsque l’envie leur prend. Encore une méthode parmi d’autres qui fonctionne toujours pour faire des rencontres.

E D I T H D E N A N T E S

→ Lien Wikipédia sur le film
https://fr.wikipedia.org/wiki/Deux_moi

Africanism [2000]

Un remarquable projet de la French Touch aujourd’hui un peu passé à la trappe mais qu’il faut d’urgence redécouvrir !

Un son tribal

Africanism est marqué par les sonorités du plus vieux continent du monde. Inutile de vous préciser lequel le spoil est déjà assez évident rien qu’avec son titre.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réunion pour l’occasion d’une bande de potes tous aussi talentueux que gentiment débridés. Ce collectif appelé Africanism All Stars comptait alors dans ses rangs quelques-uns des meilleurs éléments du courant musical que l’on appelait la French Touch.

Cette dernière est apparue dans les années 90 et se caractérisait par les productions d’artistes notables dans les étendards étaient Laurent Garnier (Shot In The Dark), Daft Punk (Homework), Air (Moon Safari) et Cassius (1999).

Une sono internationale

On trouve “Bisou Sucré” et “Kazet“, deux titres de Bob Sinclar alors dans sa meilleure partie de carrière (Champs Elysées sorti l’année d’avant est son meilleur disque). “Block Party” et “Tourment d’Amour” sont des petites perles de DJ Gregory alias Grégory Darsa.

Il y a aussi la version complétement reconstruite d’un titre de Cerrone (influence majeure de la French Touch) intitulée “Love Is The Answer” et finement remixée ici par Liquid People.

Ces derniers sont aussi responsables de “The Dragon“, redoutable morceau où les percussions sont largement mises à l’honneur. Sur “Trompeta Alegre” l’instrument en question se lance dans un remarquable solo qui fait le pont entre Afrique et Amérique latine. Ce dernier titre quant à lui est l’œuvre de DJ Rafael “DJ Lego” Rodriguez (oui c’est un nom à rallonge mais le talent lui est bien certain).

Seconde partie qui monte crescendo

Une ambiance un peu plus psyché (limite mystique) se dégage particulièrement dans la seconde moitié du disque avec des titres comme “Call It Jungle Jazz” ou “Zulu’s” qui clôt le mix.

Et puis il y a le génialissime “Edony (Clap Your Hands)” de Martin Solveig qui obtenait là son premier grand succès international et ce bien avant les “C’est La Vie“, “Hello” et autres “Intoxicated” (on est en 2000 on le rappelle). “Edony “qui est à l’origine un titre faussement acoustique est donc ici présent sous sa forme remix club. Succès hexagonal et pas mal vendu à l’exportation, c’est ce titre qui a fait le bonheur de très nombreux DJ qui ont pu faire danser autant d’innombrables foules par la suite.  

Un mix diabolique

Pour finir il faut tirer le chapeau à Sinclar d’avoir su parfaitement mettre en valeur un choix de musiques cohérentes de toute cette bande de joyeux drilles dans un mix d’un peu plus d’une heure et dix minutes qui renverse tout sur son passage.

Finement mixés, la quinzaine de titres qui composent ce set forme une sorte de paysage sonore des plus communicatifs et des plus relevés. Parfait pour vos soirées endiablées avec une foule de personnes plus ou moins adeptes de clubbing ou pour un long trajet seul.e sur autoroute.

Trois suites viendront (Africanism Volume 2, 3 & 4). Malgré une qualité correcte elles seront un peu moins inspirées car l’authentique French Touch se diluera dans les années 2000 pour évoluer vers d’autres horizons musicaux, quitte à perdre radicalement l’essence même de ce qui a longtemps fait son charme. Mais avec ce premier volume d’Africanism, vous en aurez largement pour vos frais !

Comme dans “Edony“, vous pouvez applaudir avec vos mains.

→ Lien Wikipédia (en anglais)
https://en.wikipedia.org/wiki/Africanism_All_Stars

Parlez-moi de Vous [Ma Psy #04]

4ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Mais est-ce qu’on parlera d’Edith ou d’autres clients heu patients?

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

Abonnez-vous à la chaîne
E D I T H D E N A N T E S : https://www.youtube.com/c/EdithdeNantes

Twitter: https://twitter.com/NantesEdith
Facebook: https://www.facebook.com/denantes.edith
Instagram: https://www.instagram.com/edith.de.nantes/
Pinterest: https://www.pinterest.fr/edithdenantes/
Soutenir EDN: https://www.okpal.com/edith-de-nantes/#/
Soutenir EDN sans rien débourser : https://utip.io/edithdenantes

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 3 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

“Yesterday” [2019]

Une comédie réjouissante à souhait et dont l’idée de base est aussi simple que cocasse : et si les Beatles n’avaient jamais existés ?

Une histoire singulière

Cinéaste percutant dès ses débuts (Petits Meurtres entre Amis et surtout Trainspotting), un peu moins inspiré ensuite (La Plage, Sunshine) jusqu’à la consécration internationale (Slumdog Millionnaire), le réalisateur britannique Danny Boyle nous offre avec Yesterday une comédie romantique sur fond d’uchronie où les quatre de Liverpool sont désormais inconnus des pages Wikipédia.

Sans pour autant vous ôter le plaisir de regarder Yesterday, il faut savoir qu’il n’est pas impossible même si cela n’a pas été formellement prouvé que cette histoire ait été plagiée sur une bande dessinée française et un manga japonais datant tous les deux d’une dizaine d’années avant la genèse de ce film.

Mais bon. Autant essayer de prouver que le vrai Paul Mc Cartney est mort en 1967 et que celui que nous connaissons actuellement n’est qu’un sosie (des conférenciers un brin complotistes mais réellement sincères dans leur démarche tournent de par le monde depuis des décennies pour défendre cette théorie…)

Côté rythme on ne s’ennuie pas un instant. Tout comme son personnage principal Jack Malik (Himesh Patel), on est porté de bout en bout par cette histoire qui nous dépasse tant les choses vont vite.

Se rendant compte suite à un accident qu’il est désormais la seule personne au monde à se souvenir de la musique des Beatles, Jack va alors se faire connaître très rapidement en interprétant une bonne partie du répertoire qu’il connaît bien en tant que musicien qui jusque-là n’arrivait pas à percer.

Pas de fausse note

Danny Boyle livre ici un bon film réalisé sans fausse note car il reprend la musique des Beatles non pour l’empailler mais plutôt pour la faire revivre de plus belle. A tel point que l’on danse plus d’une fois sur son siège ce qui est jouissif et plutôt bon signe. Pour ce qui est des titres plus mélodiques comme des ballades à la Let It Be ou The Long And Winding Road c’est en revanche un peu moins émouvant qu’on aurait pu croire. Mais cela n’enlève rien à la force de ces splendides titres ni au charme du long métrage.

Le film ne sombre pas non plus dans les méandres de la comédie romantique conventionnelle. Le duo que le personnage de Malik fait avec sa meilleure copine (interprétée par une Lily James tour à tout mutine et sensible) fonctionne à plein et leur complicité à l’écran est réciproque. Cela forme une seconde histoire jamais larmoyante et qui reste très crédible dans son déroulement narratif (et que je ne vous spoilerai pas ici).

A noter entre autres savoureux gags toujours liés à cette uchronie la participation d’Ed Sheeran dans son propre rôle. Il a du bien s’amuser lors de cette expérience. Ce dernier se moque en effet gentiment de lui-même, reconnaissant entre deux crises de jalousie naissante qu’il n’est pas au niveau du talent exceptionnel de Jack Malik. Et qu’il ne sera désormais juste utile que pour faire ses premières parties !

La bande son

En plus de la musique, de nombreuses références à l’univers des Beatles sont présentes et parfois sous des angles qui sont plus que des clins d’oeil : la ballade dans Liverpool en est un des exemples les plus représentatifs et ravira les fans hardcores notamment.

L’apparition touchante d’un John Lennon vivant en solitaire au bord de la mer (joué par un Robert Carlyle méconnaissable) est peut être d’ailleurs un des rares moments où le film ralentit pour proposer au héros et au spectateur un temps de réflexion non négligeable.

Une bande originale réinterprétée

Le film bénéficie également d’une excellente bande son qui reprend forcément les titres les plus emblématiques du catalogue du groupe et qui sont trop nombreux à vous narrer ici. Et on trouve en plus de ces incontournables classiques quelques titres moins connus qui donnent à l’ensemble un aspect moins best of (I Saw Her Standing There, Carry That Weight, In My Life).

Tous les titres sont interprétés par l’acteur Himesh Patel qui livre ici des performances très correctes qui raviront à la fois les fans et les néophytes. Eh oui ça existe aussi. Je sais que cela parait étonnant de dire cela mais le temps passant, les goûts changent aussi et même si elle incroyablement universelle et populaire, la musique des Beatles peut commencer à n’être plus perçue comme une évidence pour les plus jeunes générations.

Gageons que ce film pourra lever les éventuels doutes des personnes qui ne sont pas familières de cette musique qui est et restera désormais du classique au plus pur sens du terme. Au même titre que Mozart comme dirait Sheeran.

E D I T H D E N A N T E S

→ Article sur le potentiel plagiat (afin que vous puissiez vous faire vous-même votre propre idée) :
https://www.lesinrocks.com/2019/07/05/cinema/actualite-cinema/yesterday-le-film-sur-les-beatles-a-t-il-plagie-son-concept/

→ Lien Wikipédia sur le film
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yesterday_(film,_2019)

La Margarita

J’ai personnellement découvert ce super breuvage lors de soirées étudiantes post baccalauréat. Et à cette époque le bar où on consommait les margaritas avait pour spécialité de les servir non pas au verre mais au pichet ! Depuis tout ce temps nul désamour n’est venu troubler notre relation.

Sacré Margaret

Comme souvent beaucoup de variantes tournent autour de l’origine de ce cocktail. La plus courante et la plus vraisemblable est celle de Margaret Sames, une Américaine qui aurait créée dans les années 40 la recette telle qu’on la connait aujourd’hui.

Elle avait pour habitude de recevoir régulièrement des convives chez elle et aimait particulièrement la Téquila et la liqueur d’orange. Cela explique bien des choses car il s’agit du mélange des deux alcools de base qui composent la Margarita.

La recette en elle-même

Comme on vient de le voir la Margarita se compose à partir de Tequila : prenez un shaker et mettez-en à hauteur de 4 à 6 cl. Soit la moitié des ingrédients du verre. On rajoute ensuite de la liqueur d’orange à raison d’un volume de 3 à 4 cl selon la taille souhaitée du verre. Du Cointreau ou du Triple Sec c’est parfait. Enfin on termine avec du jus de citron lime à hauteur de 2cl.

Une variante consiste à remplacer le citron vert par du citron jaune. On peut aussi y rajouter un trait de sirop de sucre de canne pour adoucir le mélange si votre palais le trouve un brin trop amer. La présence d’agrumes tels que la liqueur d’orange et du citron en explique la cause.

Les différentes façons de servir

Si vous souhaitez à la fois un apport esthétique certain et une expérience gustative grandement améliorée, vous pouvez alors rajouter du sel sur le bord de votre verre. Pour cela il faut mettre délicatement du citron sur ses rebords puis les tremper dans du sel disposé dans un soucoupe prévue à cet effet lors de l’élaboration du verre.

Enfin il existe deux écoles pour servir la Margarita : vous pouvez conserver les glaçons dans le shaker en filtrant le mélange à travers la passoire. On appelle au passage cela une Margarita givrée ou “frozen“. Ou bien vous pouvez aussi verser le breuvage avec ses glaçons du shaker. Personnellement j’aime beaucoup conservé les glaçons dans le shaker et verser le contenu sur sur de la glace pilée.

Pour conclure il n’est pas inutile de préciser qu’il faut consommer cela avec modération. Au bout de trois verres cela peut vous jouer des tours.

Bonne dégustation ! Et avec modération !

→ Lien Wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Margarita_(cocktail)

→ Un site de cocktails bien ficelé
https://www.1001cocktails.com/

L’Entrecôte [Nantes]

Voilà bien quelque chose de rassurant. Et ce depuis 1959 ! Bon alors vous me direz que je n’étais pas encore de ce monde cette année-là. De mémoire je n’ai en effet mis le pied pour la première fois dans ce restaurant quand j’avais dix sept ans en 1999 soit trente ans après ses débuts (et accessoirement il y a déjà vingt ans ça aussi ça ne rajeunit pas).

A lire avant de consommer

Il est important de préciser que l’Entrecôte n’est pas une expérience exclusivement réservée à cette belle ville de Nantes. Il s’agit en effet d’une chaîne de restaurants dont le concept est rigoureusement identique dans les villes suivantes : Toulouse, Bordeaux, Montpellier et Lyon. Ce concept qui est toujours resté une affaire de famille existait déjà à Paris depuis 1959. Il s’agit d’un restaurant (unique celui-ci) situé dans le 17ème arrondissement dans l’Ouest parisien et connu sous le nom Le Relais de Venise – Son Entrecôte. Le concept a quant à lui été introduit en province à Toulouse en 1962. Celui de Nantes a été ouvert en 1980.

Comment vous décrire l’Entrecôte sans vous faire saliver ? C’est facile car avant de vous décrire ce qu’on y trouve et pourquoi c’est une bonne adresse, il faut vous préciser quelques informations notables si naguère vous souhaitez pousser les portes de cette institution.

Une sauce qui prend toujours

En premier lieu il s’agit ici de gastronomie traditionnelle typiquement française : c’est un menu unique composé d’une salade d’accueil légère suivi d’un plat à base de faux filet de bœuf et de frites maison à volonté, le tout servi avec une sauce dont la recette est restée longtemps aussi secrète que celle de la formule du Coca Cola ou encore celle de la sauce que l’on trouve dans les Big Mac de Mc Donald’s.

Cela me fait toujours penser que cette autre chaîne de restauration deviendra infiniment meilleure le jour où on pourra y boire du vin rouge avec son menu Best Of… L’accord mets et vins c’est en effet très important pour relever le goût de ce que l’on mange. Surtout au resto…

Bref vous l’aurez compris : vous avez plutôt intérêt à aimer la viande et surtout le vache patates. Si vous êtes végétarien.ne ou végan il est évident que cela fait de vous ce que l’on appelle en sciences économiques des non-consommateurs absolus. Donc vous risquez de vous y ennuyer. Mais pas forcément si vous aimez quand même la salade, les frites… et rire un bon coup !

La volonté de passer un bon moment

Deuxième point important : si vous avez la volonté de passer un bon moment en rigolant beaucoup et/ou en refaisant le monde alors vous serez servi.e ! Il ne faut pas sous-estimer ce genre de petits détails. Bien au contraire. En effet il faut savoir qu’une des clés du succès de l’Entrecôte depuis ses origines parisiennes est ce côté très convivial pour les gens qui y viennent. On s’y sent bien, on parle fort dans ce brouhaha permanent et cela joue sur les conversions entre personnes à table. Cela donne aux lieux un aspect plus proche d’une cantine généreuse pour bons vivants qu’un endroit cosy (mais froid) pour amoureux transis voulant être au calme.

Certes vous pouvez aussi y aller avec votre partenaire, concubin.e, mari, femme, etc. Mais vous avez plutôt intérêt à être à l’aise au milieu des autres clients de tous horizons qui seront tout autour de vous. Cela représente une source de bruit intempestive si vous pensiez y trouver uniquement calme et tranquillité. Les discussions enflammées, les rires communicatifs et parfois même une bonne entente qui se crée spontanément entre tables proches sont une des caractéristiques notables de l’endroit.

On ne peut pas réserver

Autre truc important à savoir et pas des moindres : le restaurant est toujours plein ! Et il n’est pas possible de réserver. Et là il y a toujours deux écoles : celles et ceux qui aiment manger tôt (ou rapidement) et qui viennent au premier service. Et les autres comme moi notamment qui préfèrent prendre leur temps.

Après c’est mon point de vue : hormis se pas savoir prendre son temps ou être pressé.e, il n’y rien de pire à mes yeux que d’engloutir son repas au lance pierre parce que le personnel vous sert vite et vous fait comprendre en filigrane qu’un second service arrive derrière.

Point faible si vous optez pour cette seconde option : on galère un peu plus pour avoir une table et on peut attendre un certain temps en faisant la queue en dehors du restaurant. Point fort : lorsque vous arrivez pour le second service on ne vous presse bien moins et vous aurez ainsi tout le loisir de prendre votre temps.

Ne surtout pas se presser

Enfin une dernière astuce aussi utile que terriblement subtile : votre plat principal est toujours accompagné d’un chauffe-plat sur lequel repose une seconde portion de viande marinant dans la célèbre sauce. Les différentes cuissons qui ont été retenues lors de votre commande seront toujours indiquées par le personnel dans le chauffe-plat. Si vous videz trop rapidement ce dernier, vous ne pourrez plus vous faire resservir en frites… Si vous êtes plusieurs et que vous êtes entouré.e de morfales, veillez à laisser quelques bouts de votre viande personnelle finement prédécoupée dans la sauce du chauffe-plat…

Après c’est comme partout : ne confondez pas gourmandise et gloutonnerie pour ce qui est de reprendre des frites à volonté. Mon record est de quatre fois ce qui est déjà fort honorable. Mais même avec un appétit solide il ne me serait pas venu à l’idée de me faire servir six, huit ou dix fois. Bah oui car ça fait morfale. Et donc c’est irrespectueux.

Pour conclure un dernier petit bonus rien que pour vous : voici la recette de la fameuse sauce qui a fait la réputation de l’Entrecôte : foie de volaille, thym frais, fleur de thym, crème fleurette, moutarde blanche, beurre, sel et poivre.

Et bon appétit bien sûr.

Adresse : 2 rue du Couëdic 44000 NANTES

→ Site officiel des restaurants L’Entrecôte
https://www.entrecote.fr/

→ La recette de la sauce (source Le Petit Fûté) :
https://www.petitfute.com/v17231-17292-paris-75017/c1165-restaurants/c4-cuisine-francaise/1529779-le-relais-de-venise.html

Choisir son Forfait [Ma Psy #03]

3ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Aujourd’hui choisir son forfait. Parce que ça coûte bonbon tout ça!

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 1 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

Michael Jackson “Off The Wall” [1979]

Premier vrai album solo du Michael Jackson adulte (il avait vingt ans lors de l’écriture et l’enregistrement du disque), Off The Wall est une perle. Il précède de trois ans l’autre sommet Thriller qui battra tous les records de vente et qui reste encore aujourd’hui inégalé.

Deux chefs d’oeuvres

Ces deux albums sont considérés à juste titre comme les deux joyaux de la discographie du Roi de la Pop. Mais le second a eu tendance avec les années à éclipser le premier. Off The Wal a eu en effet un succès moindre : 3 singles radio contre 7 et une seule récompense prestigieuse contre 8 (un Grammy Award pour le meilleur son). Mais il n’en pas moins intéressant pour autant.

Epaulé par Quincy Jones à la production avec qui il ouvre une trilogie d’albums légendaires qui se clôturera en 1987 avec Bad, Off The Wall est bien plus qu’une simple répétition avant le carton de son illustre successeur. L’album possède des qualités remarquables à tous niveaux (écriture, composition, arrangements et personnel présent).

Merci Quincy, Merci Rod

Parmi ce dernier on trouve pêle-mêle Quincy Jones à la baguette bien entendu mais aussi les Brothers Johnson, bassiste et guitariste sur la majorité des morceaux, Paul Mc Cartney qui compose un titre (“Girlfriend“) et surtout Rod Temperton qui lui en compose trois (“Rock With You“, le morceau titre et “Burn This Disco Out“). Pour info le même Temperton est un compositeur hors pair qui (entre autres standards internationaux ) sera déjà responsable l’année suivante du Give Me The Night de George Benson. Il écrira un autre petit titre de Jackson intitulé… “Thriller“.

L’album s’ouvre par le classique “Don’t Stop ‘til You Get Enough” (compo de Jackson) standard de funk brillamment arrangé par la patte de Quincy Jones qui met en valeur la voix de Michael sur fond d’arrangements de cordes millimétrés. Le disque est ensuite traversé de titres rythmiques encore plus rapides (“Workin’ Day and Night” et “Get On The Floor” sont des musts) ou de ballades sirupeuses telles que la délicieuse “Girlfriend“, le poignant “She’s Out Of My Life” et “I Can’t Help It” de Stevie Wonder.

Rock With You

Et puis il y a ce qui est probablement le meilleur titre du Jackson de la grande époque de la fin des années 70 : “Rock With You“. Je vous mets à la fin de cet article un lien vers une vidéo youTube d’une version longue de ce titre. Cette version avec une intro rallongée touche au divin. N’hésitez pas à m’en faire un retour dans vos commentaires.

A l’image de ce titre, on trouve sur Off The Wall tout ce qui fait le charme de Jackson comme les fans de base ou les simples amateurs l’ont toujours apprécié : il est tout jeune, sa voix est sensuelle, sa musique géniale. Il n’est pas encore trop malmené par l’argent qui coulera à flots après et surtout par les sombres affaires qui défrayeront la chronique dans les années à venir…

En dépit des énièmes rebondissements et dossiers qui ressortent régulièrement dans l’actualité et ce plus de dix ans après sa disparition précoce, on ne peut nier à cet artiste exceptionnel au talent indéniable la qualité d’Off The Wall qui restera une de ses toutes meilleures œuvres.

La suite sera différente

Par la suite la carrière de Jackson sera jalonnée de productions un peu moins inspirées (la redondance de certains titres de Dangerous) et surtout de projets plus anecdotiques comme Invincible par exemple. A nuancer néanmoins : avec les années l’album connait un regain d’intérêt de la part des fans et des professionnels du métier.

Pour finir il est grand temps pour vous de redécouvrir Off The Wall si vous pensez que Jackson n’avait commencé à cartonner qu’avec des “Billie Jean” ou des “Beat It“. Pour ne pas vous retrouver un jour au pied du mur tout simplement.

→ Lien Wikipédia sur Michael Jackson
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Jackson

→ Site officiel
https://www.michaeljackson.com/fr/

→ Vidéo youTube « Rock With You » [The Reflex Revision]
https://www.youtube.com/watch?v=BZxA6fHnnpU

Quiz pour Travestis! [Le Quiz Pour Tous(tes) #04]

Quiz pour mesurer son degré de Travestitude.
Même si vous n’êtes pas une personne de “type” Edith, vous pouvez néanmoins le faire pour le fun ou tout du moins regarder cette vidéo.

E D I T H D E N A N T E S

+ d’infos sur le Travestissement
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

→ vidéo « Le Genre pour les Nul.le.s #01 : Le Travestissement Un Art de Vivre »
https://www.youtube.com/watch?v=uJ0jOHzzHbs