Parlez-moi de Vous [Ma Psy #04]

4ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Mais est-ce qu’on parlera d’Edith ou d’autres clients heu patients?

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

Abonnez-vous à la chaîne
E D I T H D E N A N T E S : https://www.youtube.com/c/EdithdeNantes

Twitter: https://twitter.com/NantesEdith
Facebook: https://www.facebook.com/denantes.edith
Instagram: https://www.instagram.com/edith.de.nantes/
Pinterest: https://www.pinterest.fr/edithdenantes/
Soutenir EDN: https://www.okpal.com/edith-de-nantes/#/
Soutenir EDN sans rien débourser : https://utip.io/edithdenantes

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 3 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

Choisir son Forfait [Ma Psy #03]

3ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Aujourd’hui choisir son forfait. Parce que ça coûte bonbon tout ça!

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 1 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

Distinction entre Travestissement et Transidentité [Le Genre pour les Nuls #05]

Vidéo inédite consacrée à la distinction entre le Travestissement et la Transidentité.

N’hésitez pas à commenter, liker, partager, etc.

Bon Visionnage.
Et Bon Quiz à partir de 05’10 pour tester si vous avez compris de quoi on parle entre 00’00 et 05’09!

E D I T H D E N A N T E S

+ d’Infos sur le Travestissement
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

+ d’Infos sur la Transidentité
https://fr.wikipedia.org/wiki/Transidentité

+ d’Infos sur les mœurs et la communauté LGBT
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lesbiennes,_gays,_bisexuels_et_transgenres

Les gens qui parlent fort

Le coup de gueule du jour : les gens qui parlent fort.

C’est tout de même incroyable. Personnellement ça ne me viendrait pas à l’idée. Quel que soit l’endroit ou la situation. Sauf en étant un peu dans un état second après avoir abusé de certains breuvages et/ou dans une boîte de nuit où il faut nécessairement parler fort pour pouvoir s’entendre.

On en croise souvent

Vous en avez déjà certainement croisé. Vous en croisez régulièrement. On en croise tellement. Je parle ici d’une catégorie de personnes qui ne peuvent s’empêcher de faire quelque chose que je trouve particulièrement horripilant : les gens qui parlent fort.

Ces derniers le font pour tout un tas de raisons dans de très nombreuses circonstances. Et la plupart du temps ils le font sans s’en rende compte. Mais parfois aussi ils pratiquent cet étrange art en toute connaissance de cause.

D’où vient cette insupportable manie qu’ont les gens de parler fort ? Le plus frappant dans l’histoire c’est que ces mêmes personnes ne se rendent pas compte qu’elles sont dans une forme d’excès qui peut en dérouter plus d’un(e). Cela fait partie de ces petites choses que l’on fait inconsciemment parce qu’ancrées dans notre comportement quotidien usuel. Et qui peuvent s’avérer désastreuses dans les relations sociales.

D’une culture à l’autre

Cela diffère d’ailleurs fortement d’une culture à l’autre aussi. Cela peut en effet être interprété de façon très différente. Si dans certains pays tout le monde parle fort, il en est d’autres où cela n’est pas le cas et peut être très mal vu. Et cela ne se cantonne pas qu’au gag du “parler trop fort”.

Savez-vous par exemple que dans certaines cultures on ne croise jamais les jambes lorsque l’on discute assis(e) ? Cela est considéré comme une marque d’irrespect. De même que l’on n’offre jamais des fleurs en nombre pair dans d’autres contrées. Et bien le gag de la voix trop forte c’est un peu la même chose.

Il n’empêche…

On ne m’otera pas de l’idée que c’est tout de même un peu étrange comme comportement. Est-ce pour masquer un manque de confiance en soi? Ou pour montrer qu’on existe? Ou encore pour faire le coq et en imposer aux autres?

C’est encore plus perturbant quand il y a effet de surprise. Prenons l’exemple classique de quelqu’un qui téléphone dans la rue. Vous avez sans doute déjà vécu la scène : tout d’un coup vous sursautez car on vient de vous interpeler sans que vous vous y attendiez. Mais en fait il s’agit d’un début de conversation téléphonique d’une personne qui parle fort avec une autre. La brusquerie nonchalante de ladite personne mélangée à une certaine volonté de bien affirmer sa présence est quelque chose d’assez édifiant en fait.

Et que dire de toutes celles et ceux qui abusent de cela dans les transports en commun ? Dans une rame de métro ça peut encore passer : dans certains cas le bruit des wagons sur les rails couvre les conversations. Mais lorsque l’on est dans un train par exemple et que l’ambiance est plutôt calme ? Non il n’y a rien à faire : des fois je ne comprends décidément pas l’être humain.

Que faire si c’est un.e proche?

On peut néanmoins limiter un peu la casse lorsque les gens se connaissent. En effet les voix qui portent sont fréquentes dans les espaces publics tels que la rue. Et elles proviennent de personnes que l’on ne connait pas pour la plupart du temps…

Lorsque les gens se connaissent donc c’est tout de même plus facile à gérer. Parce qu’on sait que la personne est comme cela et qu’elle sait aussi se modérer logiquement par elle-même. Et qu’il est toujours plus facile de dire poliment à celle-ci de baisser un peu le volume sans qu’elle s’en offusque trop.

Enfin normalement.

E D I T H D E N A N T E S

Pet Shop Boys “Behaviour” [1990]

Chronique de l’album “Behaviour” des Pet Shop Boys sorti en 1990.

Album sorti en 1990, Behaviour est une étape importante dans la carrière du groupe d’électro pop Pet Shop Boys apparu quelques années auparavant avec le single “West and Girls” en 1985. Vinrent ensuite les albums PleaseActually et Introspective, tous gorgés de titres accrocheurs et dansants (“Suburbia“, “It’s A Sin”, “Heart“, “Domino Dancing“…) qui à l’époque cartonnèrent des deux côtés de l’Atlantique.

Contemplatif

Après ces trois disques sautillants, voilà que le duo se met en mode contemplatif avec ces dix titres tour à tour planants et teintés de sublime mélancolie. Avant ce disque, la critique ne voyait en eux qu’un groupe à singles, incapables de maintenir une cohésion d’ensemble à un album entier. Cette dernière en a été pour ses frais lorsque ce quatrième album et enregistré entre Munich et Londres sorti en 1990.

Comment ne pas se laisser aller à la détente avec le superbe “Being Boring” ? Revisiter son enfance scolaire dans l’introspectif “This Must Be The Place I Wanted Years To Leave” qui fait écho au “It’s A Sin” pondu sur Actually ?

On sonde l’âme d’un Lénine tourmenté qui semble avoir des doutes sur son œuvre (“My October Symphony“) et on se remémore nos premiers amours déçus dans “The End of the World” avant de se réveiller dans une vie d’adulte pas si établie que cela sur le plan sentimental (“Jealousy“) qui clot l’album de façon grandiose (mais pas pompeuse).

Being Boring

La participation du guitariste des Smith Johnny Marr apporte une touche de flamboyance à Behaviour, usant de nombreux effets et ce dès l’intro planante de “Being Boring“. Probablement un des tous meilleurs titres du groupe et qui est édité ici avec un fondu sortant. En effet une version de dix minutes de ce titre existe sur l’édition remastérisée en 2001. Elle a beau être plus longue, elle n’en est pas moins meilleure.

D’autres titres comme “How Do You Expect To Be Taken Seriously?” sont également très marqués par la patte de Marr. A l’inverse “So Hard” capitalise à fond sur le riff de synthé de Lowe et en fait peut être le seul titre vraiment “dansant” du disque.

Puis tout l’inverse deux ans après

A l’exact opposé les PSB produiront deux ans plus tard un autre sommet de leur carrière qui est résolument orienté dance floor à savoir l’album Very. Et qui sera popularisé en France par leur reprise de “Go West” des Village People qui sera utilisée par TF1 dans cette décennie pour son générique de la Ligue des Champions. Et plus curieusement par le PSG (ce dernier en fera la trame de son hymne officiel actuel).

A l’heure où l’on n’a jamais autant parlé d’homophobie dans les stades, voilà bien quelque chose qui devrait en dérouter plus d’un(e)… Pour celles et ceux qui n’ont pas tout compris, je vous recommande plutôt d’aller jeter un œil sur les pages wikipédia de ces groupes. La cause LGBT n’est en effet jamais très loin.

Avec Behaviour les PSB réussissent là un coup de maître avec un album brillant qui prouve que l’on peut aussi avoir des moments de faiblesse dans la vie. Parce que tout n’est pas si simple. Que rien n’est joué d’avance. Que tout se réinvente en permanence. Et ce grand disque le prouve.

E D I T H D E N A N T E S

Tracklist :
01. Being Boring – 6:49
02. This Must Be the Place I Waited Years to Leave – 5:30
03. To Face the Truth – 5:33
04. How Can You Expect to Be Taken Seriously? – 3:56
05. Only the Wind – 4:20
06. My October Symphony – 5:18
07. So Hard – 3:58
08. Nervously – 4:06
09. The End of the World – 4:43
10. Jealousy – 4:48

→ Site officiel du groupe
https://petshopboys.co.uk/

→ Lien wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pet_Shop_Boys

Le Mojito

Recette du Mojito.
Un cocktail classique qui fera toujours plaisir.

Ah le Mojito ! Délicieux breuvage qui devient au fil des années une véritable boisson à part entière plutôt qu’un simple cocktail. Encore méconnu à la fin de années 90, il en devenu en quelques années un incontournable de tout bar qui se respecte.

Une nuance à apporter : ne le cherchez pas systématiquement sur la carte des restaurants car tous ne le font pas et ce même s’ils proposent des alcools forts et qu’un barman y officie. Si un traditionnel tartare pourra déterminer si une brasserie vaut le coup ou pas, sachez d’avance qu’un Mojito réussi est le test idéal pour savoir si le bar où vous venez d’échouer vaut le détour ou non.

Mais qu’entends t’on au juste par réussir un Mojito ? Je vous narre cela dans ce qui suit tout en vous expliquant comment le réaliser dans les meilleures conditions possibles. Pour votre propre égo comme pour épater vos relations !

Un peu d’histoire

Comme souvent en gastronomie, il faut déterminer d’où provient ce que l’on souhaite réaliser avant de savoir le faire. Le Mojito mesdames et messieurs tire son origine profonde dans les récits des marins qui sillonnaient la Mer des Caraibes au XVIIème et XVIIIème siècle. Le rhum était à l’époque l’alcool le plus largement répandu en raison d’une culture intensive de la canne à sucre par les populations locales non encore décimées par les colonisateurs d’Europe occidentale qui se battaient régulièrement lors de sanglantes guerres coloniales pour garder le contrôle sur cet espace.

Très utile pour combattre le scorbut qui faisait des ravages parmi les marins, il était recommandé de boire des boissons à base de cet alcool local déjà fort apprécié avec lequel on rajoutait de la menthe fraîche et – selon les versions – du citron vert. Les vertus de ces deux derniers ingrédients permettaient de soulager les maux d’estomac. C’est d’ailleurs toujours vrai de nos jours. Si vous allez en vacances à Cuba, que vos enfants sont malades à crever en raison d’une turista persistance alors que vous non… Posez-vous la question si à un moment ou à un autre vous n’avez pas forcé un peu sur plusieurs verres de vous savez quoi.

Le Mojito tel qu’on le connait possédait donc déjà sa trame de base mais sa recette a évolué à partir des années 30 et pas n’importe où. J’en parlais juste avant : ce verre est un cocktail cubain par excellence. Et se réalisera toujours avec du rhum cubain. Certaines personnes se risquent à tenter des variantes avec d’autres rhums (tel que celui de la Martinique) mais le goût n’est absolument pas le même et dénature le cocktail de façon telle que cela peut vous en dégouter.

Bien choisir sa marque

La marque du rhum utilisée quant à elle est le Havana 3 Ans. Le Bacardi est l’autre grand producteur mais sa version d’entrée de gamme est moins racée et surtout plus claire que l’aspect paille du Havana 3 Ans. Si vous souhaitez monter en gamme, faites vous plaisir avec du Bacardi 8 Ans d’âge qui lui surclassera le Havana 3 Ans. Pour en moyenne 2 euros de plus vous pouvez toujours investir dans du Havana Special, à la couleur nettement plus brune car plus vieux que le 3 Ans. Il reste néanmoins un poil en dessous du Bacardi 8 Ans (mais dont le prix est sensiblement plus élevé).

La dose par verre est de 5 à 8 cl cela dépend de la charge que vous souhaitez faire par godet. Avec une bouteille de 75cl standard vous pourrez ainsi faire entre dix à douze verres. Donc si vous avez six personnes à boire vous pourrez faire deux tournées mais certainement pas trois…

Comment faire un mojito réussi du premier coup?

La recette en elle-même maintenant. N’essayez pas d’inverser l’ordre sinon ce sera à vos risques et périls. Personnellement j’ai mis deux ans avant de bien savoir faire ce cocktail jusqu’à ce qu’un barman m’explique un jour le comment du pourquoi que vous retranscrit là.

Prenez un verre à Mojito. L’idéal est d’avoir le verre de bar idéal mais à défaut un verre de hauteur moyenne avec une base plate fera l’affaire. Coupez de la menthe fraîche par la tige (et non les feuilles). Ne pas émietter. Rajouter un demi citron vert coupé en dés. Pressez le tout avec un bon pilon mais sans hacher les ingrédients. Mettez ensuite une bonne dose de sucre en cassonade (pour le côté craquant lorsque l’on aspire à la paille).

Chargez le verre jusqu’au bord de glace pilée (et pas en glaçons car quand on verse l’alcool cela se répand mieux dans le verre et on évite aussi d’en mettre trop). Après avoir mis l’alcool on rallonge avec de l’eau gazeuse de type San Pellegrino ou Perrier pour que cela bulle bien et lui donne ce côté tout juste prêt à consommer. Pour les puristes terminez avec une à deux gouttes d’Angustura Bitters, un additif qui rajoutera une dose d’amertume au cocktail. Vous pouvez aussi réaliser ce cocktail sans alcool : on appelle cela un Virgin Mojito.

Vous pouvez touiller légèrement pour mélanger (juste avant d’avoir mis l’Angustura qui lui doit rester apparent en surface). De toute façon toute personne qui se voit servir un Mojito aura pour réflexe de touiller son verre avant de commencer à le boire. Laissez-y d’ailleurs toujours un agitateur et bien évidemment une paille. On en rigole mais imaginez le même verre servi sans cette petite tige…

Bonne dégustation. Et surtout avec modération !

→ Lien Wikipédia sur ce cocktail
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mojito

→ Un site de cocktails bien ficelé
https://www.1001cocktails.com/

Stevie Wonder “Songs In The Key Of Life” [1976]

Chronique de l’abum de Stevie Wonder “Songs In The Key Of Life” [1976]

Le double album Songs In The Key Of Life qui sort en 1976 est considéré comme le sommet artistique de la carrière de Stevie Wonder. Deux heures de musique sans fausse note et qui touche au sublime sans jamais lasser. Même (déjà) quarante ans plus tard !

Un chef-d’œuvre assurément

Pourquoi parler ici de chef-d’œuvre ? D’abord parce que Wonder est à l’époque un musicien hors pair, doté d’une inspiration si simple et si touchante qu’elle renverse tout sur son passage. Il avait déjà marqué les esprits et inondé les ondes avec d’autres albums et de gros tubes comme Uptight“, Never Has A Dream Come True” ou encore Superstition” où il avait notamment inventé presque par mégarde la notion de “riff” de synthé. Et Songs In The Key Of Life est le dernier d’une série de cinq albums de l’époque tous meilleurs les uns que les autres.

Composé quasiment seul, joué en grande partie par le seul Stevie Wonder malgré qu’il soit aveugle (il a toujours considéré son handicap comme une force plutôt qu’un frein), ce double album transpire la joie de vivre et la bonne humeur résolument positive même si les sujets abordés ne sont pas forcément tous légers.

On y trouve souvent une sorte de ferveur religieuse, presque christique, de son auteur. Wonder semble être possédé par sa propre musique pour mieux la faire vibrer par sa seule force et par le caractère quasi universel des messages transmis (la joie d’une naissance, le retour du Messie sur Terre, l’amour, la paix, etc.).

Un savant mélange

Les musiques de ce disque mélangent tous les genres, allant de la fusion entre les styles de l’époque que l’on considéraient comme étant plutôt des sons dits “blancs” ou des sons dits “noirs”. C’est une pop teintée de gospel, de soul et de funk où les cuivres et les synthés sont largement mis à l’honneur.

Ballades qui tuent (“Knocks Me Off My Feet”, Ngiculeda“), prêches incandescents (Black Man”, la seconde moitié de “As“) et morceaux de bravoure (Contusion”, “Another Star”), tout y est ! Et bien sûr Stevie n’oublie pas d’écrire quelques magnifiques tubes qui sont reconnaissables dès les premières notes et qui peuvent retourner n’importe quel dancefloor (Isn’t She Lovely”, “Sir Duke”, “I Wish”).

Fantastique source d’inspiration

Enfin il s’agit d’un album qui fut pour beaucoup une fantastique source d’inspiration plus ou moins assumée et respectée à sa juste valeur. Parmi les meilleurs disciples on pourra toujours noter le bon reboot de Will Smith sur I Wish” pour la BO du film Wild Wild West, la remarquable reprise gospel de George Michael / Mary J. Blige As” et l’intéressante relecture de Bob Sinclar qui sample (largement) Another Star” pour l’offrir à Salomé de Bahia (Outro Lugar“).

Parmi les cancres de services, on notera la reprise surestimée de Pastime Paradise” en Gangsta Paradise” de Coolio. Pour l’anecdote en effet ce dernier ne sut même pas reconnaître le titre original lors d’un blind-test organisé dans l’émission Tout le monde en parle de Thierry Ardisson !

Un must donc. Qu’on pourra toujours plus ou moins copier hein. Mais égaler ça c’est un peu moins certain !

Tracklist :
Disque 1
01. Love’s in Need of Love Today (7:05)
02. Have a Talk With God (2:42)
03. Village Ghetto Land (3:25)
04. Contusion (3:45)
05. Sir Duke (3:52)
06. I Wish (4:12)
07. Knocks Me Off My Feet (3:36)
08. Pastime Paradise (3:30)
09. Summer Soft (4:14)
10. Ordinary Pain (6:23)

Disque 2
01. Isn’t She Lovely (6:33)
02. Joy Inside My Tears (6:29)
03. Black Man (5:56)
04. Ngiculela – Es Una Historia – I Am Singing (3:49)
05. If It’s Magic (3:11)
06. Ngiculela – Es Una Historia – I Am Singing (3:49)
07. If It’s Magic (3:11)
08. As (7:07)
09. Another Star (8:01)
10. Saturn (4:54)
11. Ebony Eyes (4:08)
12. All Day Sucker (5:05)
13. Easy Goin’ Evening (My Mama’s Call) (3:56)

→ Lien Wikipédia biographie Stevie Wonder
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stevie_Wonder

→ Site officiel
http://www.steviewonder.net/

Le Travestissement : un Art de Vivre.

Vidéo “made by Edith” sur notre art de vivre…

Vidéo consacrée à un art de vivre à part entière : le Travestissement!

N’hésitez pas à commenter, liker, partager, etc.

Bon Visionnage. Et Bon Quiz à partir de 07’15 pour tester si vous avez compris de quoi on parle entre 00’00 et 07’14!

E D I T H D E N A N T E S

+ d’infos sur notre art de vivre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

→ Présentation de la chaîne vidéo
https://www.youtube.com/watch?v=DCrlVIyW7gk

Mes Escarpins rennais

Dans cette série d’articles sur ma collection de chaussures (que l’on peut en partie apercevoir dans certaines vidéos de la chaîne youTube), je vous narre l’historique d’une paire en particulier, le contexte de l’époque où j’en ai fait l’acquisition ainsi que quelques anecdotes que je vous laisse apprécier.

Pourquoi de Rennes?

Curieuse histoire que cette paire de chaussures qui reste des années après à la fois un modèle que j’utilise souvent et une relique d’une époque passée. Pourquoi de Rennes? Tout simplement parce que c’est dans cette ville que je les avait achetés. Vous allez me dire que c’est bien beau tout cela mais attendez donc de voir la suite. Car si en apparence ce sujet a l’air un brin futile, il s’agit en fait d’un pan entier de ma vie que je vais vous narrer là.

Il faut savoir que lorsque je les ai acquis c’était en présence de mon ex. Cette dernière n’y trouvait pas grand-chose à redire car elle connaissait mon penchant pour le travestissement et ce dès le début de notre rencontre trois ans auparavant.

Il faut remettre les choses dans leur contexte. Lorsque mon dévolu s’est jeté sur cette paire-ci, je n’avais pas encore fait de coming out sur ma transidentité, je ne m’assumais pas en sortant en femme dans la rue, masquant mon visage derrière un large cache col et enfin et surtout j’étais encore avec une ex. Cette dernière était néanmoins tout à fait au courant de mes petites passions inavouables.

Une période trouble

Nous sommes restés ensemble presque quatre ans et je lui avais parlé de mes goûts pour le travestissement au bout de deux mois de relation ce qui est plutôt honnête. En revanche j’ai été bloqué d’un point sexuel pendant presque toute notre relation. Oui aussi étonnant que cela paraisse je n’étais pas capable de lui faire l’amour. Inutile de vous faire un dessin. Période trouble je vous dis.

Par la suite peu de temps après ma rupture (pour un motif autre que mon travestissement) et mon coming out (qui est intervenu le lendemain par un beau jour d’avril), j’ai rencontré une fille très bien. Avec qui à ma plus grande surprise ça l’a fait.

Avec le recul je pense que ça fonctionnait mieux grâce au simple fait que je sois désormais plus en phase avec moi-même et les autres. Cela fait d’ailleurs un bien fou de savoir que l’on n’est finalement pas si anormal(e) que cela. Sans rire juste avant que tout cela n’arrive je pensais vraiment être condamné à ne plus avoir de relations sexuelles avec une femme.

Le gag du club échangiste

La première fois que j’ai tenté une sortie en femme dans un bar c’était ni plus ni moins que dans une boîte échangiste. Et c’était également avec cette paire-là. Ah oui mon ex était aussi au courant et n’en voulais pas. Après vous me croirez ou pas mais si je souhaitais aller dans ce genre d’endroit c’était uniquement pour pouvoir m’y poser tranquillement sans me faire emmerder par des gens qui se moquent de tout ce qui ne rentre pas dans la norme. Ce n’était que pour cela. Rien d’autre.

Avec les années je me dis que toute cette époque était quand même un peu dingue. Une grande année en somme. Et cette paire de talons en est un des rares témoins.

Dans mon prochain article consacré à ma collection de chaussures je vous parlerai de ma paire de bottes qui m’a servi lors de ma première soirée en boîte de nuit. Là aussi c’est assez rock and roll.

E D I T H D E N A N T E S

Les 50 Ans de Stonewall

Cette année est l’année du cinquantième anniversaire des émeutes de Stonewall à New York aux Etats-Unis qui eurent lieu en 1969. Il est tout à fait possible que cela ne vous évoque rien comme cela à brule pourpoint. Si c’est le cas tant mieux vous êtes callé(e) et dans la situation inverse ce n’est pas grave on va vous expliquer cela ici.

C’est quoi une Pride?

Si je vous dit “Pride” cela vous parle un peu plus ? A peu près mais vous n’arrivez toujours pas à faire le lien ? Bon allez je développe.

J’en avais déjà parlé lors d’un article assorti d’une vidéo sur les Prides ou “Marches des Fiertés”, ces manifestations annuelles qui ont lieu désormais dans pas mal d’endroits dans le monde partout où sont présentes des communautés LGBT qui peuvent organiser ce genre d’événement.

La Pride ou Fierté en anglais consiste en un rassemblement festif de personnes en majorité LGBT mais pas que. C’est l’occasion pour cette communauté de montrer qu’elle existe et aussi de revendiquer comme dans la majorité des manifestations publiques des souhaits et aspirations pour qu’une société donnée fasse évoluer son cadre législatif et ses mentalités.

Historique de Stonewall

Et Stonewall du coup qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un établissement LGBT qui se situait dans le quartier de Greenwich Village à New York. Bar boîte de nuit qui accueillait une clientèle composée principalement de personnes gays et lesbiennes mais aussi beaucoup de transgenres, il fut involontairement à jamais associé à l’histoire des Prides.

Le 28 juin 1969, des émeutes éclatèrent suite à une descente de police dans l’établissement. Cela dura plusieurs jours dans le quartier et ce fut le début de l’organisation structurelle d’associations LGBT locales. Ces mouvements en entrainèrent d’autres dans le monde et fut le marqueur de toute une génération de personnes jusqu’ici fortement discriminées et réprimées.

Un an après les faits fut organisé à New York la première vrai Pride que l’on dénommait alors “Gay Pride”. Le terme n’a changé qu’assez récemment pour être à la fois plus fédérateur pour la communauté LGBT et moins connoté uniquement “gay”. Alors pour rappel LGBT ça signifie Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres. Oui ça fait un paquet de monde.

Aussi dramatique que fut cette période trouble, l’épisode Stonewall a néanmoins permis à pas mal de gens de pouvoir sortir de l’ombre. Et cinquante ans plus tard il y a encore du boulot.

→ Lien Wikipédia sur les émeutes de Stonewall
https://fr.wikipedia.org/wiki/Émeutes_de_Stonewall

→ un autre sur les prides
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_des_fiertés

→ vidéo sur les Prides
https://www.youtube.com/watch?v=rTxnhsAvbM4