Le Petit Marais [Nantes]

J’ai en passé du temps dans cette petite boite… que je redécouvre tous les cinq ou dix ans en général ! D’où l’envie de la faire découvrir par la même occasion dans ce qui suit.

Un vestige d’une époque révolue

J’en discutais il n’y a encore pas longtemps avec des personnes qui ont bien connu l’âge d’or du milieu nantais de la nuit LGBT. Et force est de constater que ce dernier est révolu depuis longtemps il faut bien l’avouer. On trouve aujourd’hui à Nantes bien moins d’endroits de ce genre et encore moins qui sont vraiment cool dans tous les sens du terme.

Mais heureusement il reste le Petit Marais ! Avec l’indéboulonnable Plein Sud près du Château (voir l’article sur le site) ou le plus récent Kaléidoscope situé quartier Calvaire, il s’agit d’un des seuls bons coins LGBT du centre-ville de Nantes. Dans sa catégorie, il fait en effet office de véritable vestige en la matière.

Il fut un temps où dans cette même rue on trouvait plusieurs autres bars du même calibre. Je pense notamment à L’Egout et les Couleurs et le One Street. C’était aussi l’époque où il y avait la discothèque Le Temps d’Aimer du côté de la place de la République sur l’ile Beaulieu et surtout l’Extrême à la Montagne, une commune située de l’autre côté de la Loire. Ces deux derniers étaient au top, tant au niveau ambiance globale que qualité de la musique proposée.

Situé Rue Kervégan au sein de l’ancienne île Gloriette à deux pas de la grande place du Commerce, cette petite boîte qui s’étire en longueur est l’endroit idéal pour passer un vrai bon moment (et ce même si vous n’êtes pas une personne dite LGBT).

Et là qu’est-ce cela donne ?

C’est le genre de bar musical (j’aime bien ce terme) où la convivialité est de mise. Pour qui que vous soyez. J’ai à peine effleuré le sujet en début de cet article lorsque je disais qu’il ne suffit pas d’être une personne LGBT pour pouvoir y aller.

Vous allez trouver cela curieux mais de nos jours beaucoup de personnes croient encore que les établissements comme le Petit Marais n’acceptent pas de clientèle autre que le public LGBT. Il s’agit d’une croyance populaire selon laquelle on ne peut s’y rendre si vous n’êtes lesbienne, gay, bi, trans ou tout ce qui s’en approche.

C’est doublement faux : d’abord parce que cela ne se lit pas forcément sur votre visage et ensuite parce que ces établissements accueillent tout le monde quelle que soit son orientation sexuelle et/ou son look global. Hormis quelques indésirables qui seront toujours refoulés (à tort ou à raison) par le service d’ordre, n’importe qui souhaitant se distraire un minimum peut en effet s’y rendre.

Bon à savoir (aussi)

Sinon que dire d’autre sur l’endroit ? Eh bien plutôt du bon ma foi : les barmans sont supers (je pense notamment à Guillaume et anciennement David), le service d’ordre est efficace tout comme le vestiaire (2 euros)… Eh oui je n’oublie personne !

Ah si un autre truc : le son bien évidemment ! Finement mixé par des DJ résidents ou invités, ce dernier est toujours très bon. Si certaines et certains s’en passent volontiers, personnellement je trouve qu’il est quand même infiniment plus sympathique de profiter d’une bonne bande son lorsque je vis la nuit…

L’ambiance est toujours bonne et le bar est même souvent un peu victime de son succès : il n’est pas rare d’attendre longtemps pour y entrer passé une certaine heure. La piste de danse n’est pas très grande et se retrouve rapidement les uns sur les autres… Sans jeu de mots hein. Mais cela n’empêche pas d’y passer un bon moment quand même.

Enfin sachez que si vous souhaitez prolonger votre nuit après le Petit Marais, il vous reste l’option CO2. Autrefois bar à teuf et à concert connu sous le nom du Calysto, c’est une boîte de nuit situé quartier Chantenay où il n’est en effet pas rare d’y croiser des personnes rencontrées au Petit Marais

Facebook du Petit Marais :
https://www.facebook.com/lepetit.marais/

Article sur le bar Le Plein Sud :
https://edithdenantes.com/index.php/2019/09/11/bar-le-plein-sud/

Art To Play Nantes 2019 [Steampunk Mix]

Reportage en immersion réalisé les 16 et 17 Novembre 2019 au Salon ART TO PLAY de Nantes. Après la vidéo spécial Cosplay voici une variante notable : le style Steampunk.

Musique : U2 – Numb[Gimme Some More Dignity Remix]

E D I T H D E N A N T E S

+ d’infos sur le Steampunk
https://fr.wikipedia.org/wiki/Steampunk

+ d’infos sur le Cosplay
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosplay

+ d’infos sur le Crossplay
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosplay#Crossplay

+ d’infos sur le Salon Art To Play Nantes
https://www.art-to-play.fr/

+ d’infos sur notre art de vivre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

Art To Play Nantes 2019 [Cosplay Mix]

Reportage en immersion réalisé les 16 et 17 Novembre 2019 au Salon ART TO PLAY de Nantes.

Musique : Juno 80 – Popcorn [Bleisure Remix]

E D I T H D E N A N T E S

+ d’infos sur le Cosplay
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosplay

+ d’infos sur le Crossplay
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosplay#Crossplay

+ d’infos sur notre art de vivre
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

→ Vidéo sur le Cosplay/Crossplay
https://www.youtube.com/watch?v=NHV2SHclm90

La Butte Sainte Anne [Nantes]

S’il est bien un coin charmant à Nantes il s’agit sans nul doute de la butte Sainte Anne, colline située à l’ouest du centre-ville de la Cité des Ducs et faisant face à la Loire. 

Point culminant de la ville

Peu de Nantais le savent mais il s’agit du point le plus élevé de leur ville. C’est sur cette jonction entre le sillon de Bretagne et la Loire que se niche ce pittoresque quartier qui est le plus original de l’agglomération (avec celui du petit port de Trentemoult). En effet sa situation un peu atypique en a fait un endroit qui surplombe Nantes et qui offre par la même occasion un superbe belvédère sur les alentours. Le genre de coin parfait pour un apéro improvisé au passage.

Second meilleur panorama sur Nantes après la Tour Bretagne, on peut y voir à la fois la vieille ville, une bonne partie de l’Ile Beaulieu, la ville de Rezé qui est un peu plus loin et enfin l’ancien village de pêcheurs de Trentemoult. Tous ces sites sont bordés par la Loire qui quant à elle coule juste devant la butte qui constitue le point le plus septentrional du Sillon de Bretagne, massif de granit qui traverse la région Bretagne de part en part.

Le Montmartre nantais

Ce quartier est souvent considéré comme une sorte de Montmartre nantais à la fois par sa topographie et par son côté culturel et artistique. En effet tout comme l’illustre quartier parisien, la butte Sainte Anne est située en hauteur et son aspect fait penser à un village dans la ville. Divers endroits remarquables qui inspirent nombre d’artistes complètent le charme du site.

Pour l’aspect culturel cela commence au niveau du belvédère où l’on peut admirer deux statues de bronze : celle du Capitaine Némo se repérant avec son sextant en direction de l’océan Atlantique … et derrière lui celle de Jules Verne enfant rêvant à sa future œuvre en regardant son futur héros de papier.

Outre le point de vue sur Nantes on y trouve aussi pêle-mêle le musée Jules Verne, le planétarium, une fresque retraçant l’arrivée des Acadiens à la fin du XVIIème siècle, une galerie d’Art, un club de basket et enfin l’Eglise qui donne son nom au quartier. On peut d’ailleurs voir de loin son clocher blanc reconnaissable entre mille et ce à de nombreux endroits de la ville.

Un âge d’or révolu

L’avenue Sainte Anne et la place des Garennes relient l’Eglise au grand escalier de cent vingt deux marches qui fait le bonheur des adeptes de course cardio. Ce dernier mène au Quai de l’Aiguillon.

Même si l’âge d’or de la butte est révolu depuis longtemps en raison de la disparition de nombreuses activités industrielles et manufacturières, cette grande artère représente encore le cœur vivant du quartier. Des petits commerces (principalement d’alimentation) rythment encore un peu la vie locale. De temps en temps on y organise également quelques vides greniers et autres petites braderies.

Enfin et pour l’anecdote on peut préciser que ce quartier est le premier à avoir accueilli des logements sociaux. Ce sont les grands bâtiments collectifs construits dans les années 1950 et qui en imposent par leur situation située sur le bord d’affleurement. D’abord jugés incongrus sur un tel site, ils se sont peu à peu imposés dans l’ensemble pour faire désormais partie intégrante du paysage local.

Une invitation à la création

Coin prisé des artistes en raison de son aspect un peu hétéroclite, la butte Sainte Anne est un de ces endroits où l’inspiration artistique est évidente lorsqu’elle n’est pas mise en valeur par les nombreux projets urbains de valorisations du patrimoine local.

Remise au goût du jour récemment car située juste avant le nouveau projet controversé (car disons assez coûteux) de l’Arbre aux Hérons dans l’ancienne carrière de Misery située juste à côté, la butte Sainte Anne connaît depuis peu un sursaut croissant de visiteurs nantais et d’ailleurs.

Pour conclure cet article sur ce coin qu’on vous recommande fortement, nous vous citons une formule qui résume bien l’essence même de l’endroit. C’est celle qui est inscrite sur la statue de Sainte Anne située au sommet du fameux escalier :

« Sainte Anne, patronne des Bretons, sois toujours favorable à nos marins et à d’autres navires ».

→ Lien sur le site de la ville de Nantes
https://www.nantes.fr/home/a-nantes-et-pas-ailleurs/decouvrir-nantes/les-symboles-nantais/la-butte-sainte-anne.html

Parlez-moi de Vous [Ma Psy #04]

4ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Mais est-ce qu’on parlera d’Edith ou d’autres clients heu patients?

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

Abonnez-vous à la chaîne
E D I T H D E N A N T E S : https://www.youtube.com/c/EdithdeNantes

Twitter: https://twitter.com/NantesEdith
Facebook: https://www.facebook.com/denantes.edith
Instagram: https://www.instagram.com/edith.de.nantes/
Pinterest: https://www.pinterest.fr/edithdenantes/
Soutenir EDN: https://www.okpal.com/edith-de-nantes/#/
Soutenir EDN sans rien débourser : https://utip.io/edithdenantes

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 3 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

L’Entrecôte [Nantes]

Voilà bien quelque chose de rassurant. Et ce depuis 1959 ! Bon alors vous me direz que je n’étais pas encore de ce monde cette année-là. De mémoire je n’ai en effet mis le pied pour la première fois dans ce restaurant quand j’avais dix sept ans en 1999 soit trente ans après ses débuts (et accessoirement il y a déjà vingt ans ça aussi ça ne rajeunit pas).

A lire avant de consommer

Il est important de préciser que l’Entrecôte n’est pas une expérience exclusivement réservée à cette belle ville de Nantes. Il s’agit en effet d’une chaîne de restaurants dont le concept est rigoureusement identique dans les villes suivantes : Toulouse, Bordeaux, Montpellier et Lyon. Ce concept qui est toujours resté une affaire de famille existait déjà à Paris depuis 1959. Il s’agit d’un restaurant (unique celui-ci) situé dans le 17ème arrondissement dans l’Ouest parisien et connu sous le nom Le Relais de Venise – Son Entrecôte. Le concept a quant à lui été introduit en province à Toulouse en 1962. Celui de Nantes a été ouvert en 1980.

Comment vous décrire l’Entrecôte sans vous faire saliver ? C’est facile car avant de vous décrire ce qu’on y trouve et pourquoi c’est une bonne adresse, il faut vous préciser quelques informations notables si naguère vous souhaitez pousser les portes de cette institution.

Une sauce qui prend toujours

En premier lieu il s’agit ici de gastronomie traditionnelle typiquement française : c’est un menu unique composé d’une salade d’accueil légère suivi d’un plat à base de faux filet de bœuf et de frites maison à volonté, le tout servi avec une sauce dont la recette est restée longtemps aussi secrète que celle de la formule du Coca Cola ou encore celle de la sauce que l’on trouve dans les Big Mac de Mc Donald’s.

Cela me fait toujours penser que cette autre chaîne de restauration deviendra infiniment meilleure le jour où on pourra y boire du vin rouge avec son menu Best Of… L’accord mets et vins c’est en effet très important pour relever le goût de ce que l’on mange. Surtout au resto…

Bref vous l’aurez compris : vous avez plutôt intérêt à aimer la viande et surtout le vache patates. Si vous êtes végétarien.ne ou végan il est évident que cela fait de vous ce que l’on appelle en sciences économiques des non-consommateurs absolus. Donc vous risquez de vous y ennuyer. Mais pas forcément si vous aimez quand même la salade, les frites… et rire un bon coup !

La volonté de passer un bon moment

Deuxième point important : si vous avez la volonté de passer un bon moment en rigolant beaucoup et/ou en refaisant le monde alors vous serez servi.e ! Il ne faut pas sous-estimer ce genre de petits détails. Bien au contraire. En effet il faut savoir qu’une des clés du succès de l’Entrecôte depuis ses origines parisiennes est ce côté très convivial pour les gens qui y viennent. On s’y sent bien, on parle fort dans ce brouhaha permanent et cela joue sur les conversions entre personnes à table. Cela donne aux lieux un aspect plus proche d’une cantine généreuse pour bons vivants qu’un endroit cosy (mais froid) pour amoureux transis voulant être au calme.

Certes vous pouvez aussi y aller avec votre partenaire, concubin.e, mari, femme, etc. Mais vous avez plutôt intérêt à être à l’aise au milieu des autres clients de tous horizons qui seront tout autour de vous. Cela représente une source de bruit intempestive si vous pensiez y trouver uniquement calme et tranquillité. Les discussions enflammées, les rires communicatifs et parfois même une bonne entente qui se crée spontanément entre tables proches sont une des caractéristiques notables de l’endroit.

On ne peut pas réserver

Autre truc important à savoir et pas des moindres : le restaurant est toujours plein ! Et il n’est pas possible de réserver. Et là il y a toujours deux écoles : celles et ceux qui aiment manger tôt (ou rapidement) et qui viennent au premier service. Et les autres comme moi notamment qui préfèrent prendre leur temps.

Après c’est mon point de vue : hormis se pas savoir prendre son temps ou être pressé.e, il n’y rien de pire à mes yeux que d’engloutir son repas au lance pierre parce que le personnel vous sert vite et vous fait comprendre en filigrane qu’un second service arrive derrière.

Point faible si vous optez pour cette seconde option : on galère un peu plus pour avoir une table et on peut attendre un certain temps en faisant la queue en dehors du restaurant. Point fort : lorsque vous arrivez pour le second service on ne vous presse bien moins et vous aurez ainsi tout le loisir de prendre votre temps.

Ne surtout pas se presser

Enfin une dernière astuce aussi utile que terriblement subtile : votre plat principal est toujours accompagné d’un chauffe-plat sur lequel repose une seconde portion de viande marinant dans la célèbre sauce. Les différentes cuissons qui ont été retenues lors de votre commande seront toujours indiquées par le personnel dans le chauffe-plat. Si vous videz trop rapidement ce dernier, vous ne pourrez plus vous faire resservir en frites… Si vous êtes plusieurs et que vous êtes entouré.e de morfales, veillez à laisser quelques bouts de votre viande personnelle finement prédécoupée dans la sauce du chauffe-plat…

Après c’est comme partout : ne confondez pas gourmandise et gloutonnerie pour ce qui est de reprendre des frites à volonté. Mon record est de quatre fois ce qui est déjà fort honorable. Mais même avec un appétit solide il ne me serait pas venu à l’idée de me faire servir six, huit ou dix fois. Bah oui car ça fait morfale. Et donc c’est irrespectueux.

Pour conclure un dernier petit bonus rien que pour vous : voici la recette de la fameuse sauce qui a fait la réputation de l’Entrecôte : foie de volaille, thym frais, fleur de thym, crème fleurette, moutarde blanche, beurre, sel et poivre.

Et bon appétit bien sûr.

Adresse : 2 rue du Couëdic 44000 NANTES

→ Site officiel des restaurants L’Entrecôte
https://www.entrecote.fr/

→ La recette de la sauce (source Le Petit Fûté) :
https://www.petitfute.com/v17231-17292-paris-75017/c1165-restaurants/c4-cuisine-francaise/1529779-le-relais-de-venise.html

Choisir son Forfait [Ma Psy #03]

3ème épisode de la web série “Ma Psy”.
Aujourd’hui choisir son forfait. Parce que ça coûte bonbon tout ça!

EDN ❤️🍺✌️🍀🌎🍇

→ Lien Wikipédia sur la Psychanalyse (la vraie)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

→ Présentation de la chaîne vidéo E D I T H D E N A N T E S
https://www.youtube.com/channel/UCjC5QKj-w2Xm-F3vhEFt39A/featured

→ Episode 1 de la web série “Ma Psy”
https://www.youtube.com/watch?v=37GOO4TsiOs

→ Episode 2 de la web série “Ma Psy”
https://youtu.be/ZVEYhUdY6Bk

Distinction entre Travestissement et Transidentité [Le Genre pour les Nuls #05]

Vidéo inédite consacrée à la distinction entre le Travestissement et la Transidentité.

N’hésitez pas à commenter, liker, partager, etc.

Bon Visionnage.
Et Bon Quiz à partir de 05’10 pour tester si vous avez compris de quoi on parle entre 00’00 et 05’09!

E D I T H D E N A N T E S

+ d’Infos sur le Travestissement
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travestissement

+ d’Infos sur la Transidentité
https://fr.wikipedia.org/wiki/Transidentité

+ d’Infos sur les mœurs et la communauté LGBT
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lesbiennes,_gays,_bisexuels_et_transgenres

Les gens qui parlent fort

Le coup de gueule du jour : les gens qui parlent fort.

C’est tout de même incroyable. Personnellement ça ne me viendrait pas à l’idée. Quel que soit l’endroit ou la situation. Sauf en étant un peu dans un état second après avoir abusé de certains breuvages et/ou dans une boîte de nuit où il faut nécessairement parler fort pour pouvoir s’entendre.

On en croise souvent

Vous en avez déjà certainement croisé. Vous en croisez régulièrement. On en croise tellement. Je parle ici d’une catégorie de personnes qui ne peuvent s’empêcher de faire quelque chose que je trouve particulièrement horripilant : les gens qui parlent fort.

Ces derniers le font pour tout un tas de raisons dans de très nombreuses circonstances. Et la plupart du temps ils le font sans s’en rende compte. Mais parfois aussi ils pratiquent cet étrange art en toute connaissance de cause.

D’où vient cette insupportable manie qu’ont les gens de parler fort ? Le plus frappant dans l’histoire c’est que ces mêmes personnes ne se rendent pas compte qu’elles sont dans une forme d’excès qui peut en dérouter plus d’un(e). Cela fait partie de ces petites choses que l’on fait inconsciemment parce qu’ancrées dans notre comportement quotidien usuel. Et qui peuvent s’avérer désastreuses dans les relations sociales.

D’une culture à l’autre

Cela diffère d’ailleurs fortement d’une culture à l’autre aussi. Cela peut en effet être interprété de façon très différente. Si dans certains pays tout le monde parle fort, il en est d’autres où cela n’est pas le cas et peut être très mal vu. Et cela ne se cantonne pas qu’au gag du “parler trop fort”.

Savez-vous par exemple que dans certaines cultures on ne croise jamais les jambes lorsque l’on discute assis(e) ? Cela est considéré comme une marque d’irrespect. De même que l’on n’offre jamais des fleurs en nombre pair dans d’autres contrées. Et bien le gag de la voix trop forte c’est un peu la même chose.

Il n’empêche…

On ne m’otera pas de l’idée que c’est tout de même un peu étrange comme comportement. Est-ce pour masquer un manque de confiance en soi? Ou pour montrer qu’on existe? Ou encore pour faire le coq et en imposer aux autres?

C’est encore plus perturbant quand il y a effet de surprise. Prenons l’exemple classique de quelqu’un qui téléphone dans la rue. Vous avez sans doute déjà vécu la scène : tout d’un coup vous sursautez car on vient de vous interpeler sans que vous vous y attendiez. Mais en fait il s’agit d’un début de conversation téléphonique d’une personne qui parle fort avec une autre. La brusquerie nonchalante de ladite personne mélangée à une certaine volonté de bien affirmer sa présence est quelque chose d’assez édifiant en fait.

Et que dire de toutes celles et ceux qui abusent de cela dans les transports en commun ? Dans une rame de métro ça peut encore passer : dans certains cas le bruit des wagons sur les rails couvre les conversations. Mais lorsque l’on est dans un train par exemple et que l’ambiance est plutôt calme ? Non il n’y a rien à faire : des fois je ne comprends décidément pas l’être humain.

Que faire si c’est un.e proche?

On peut néanmoins limiter un peu la casse lorsque les gens se connaissent. En effet les voix qui portent sont fréquentes dans les espaces publics tels que la rue. Et elles proviennent de personnes que l’on ne connait pas pour la plupart du temps…

Lorsque les gens se connaissent donc c’est tout de même plus facile à gérer. Parce qu’on sait que la personne est comme cela et qu’elle sait aussi se modérer logiquement par elle-même. Et qu’il est toujours plus facile de dire poliment à celle-ci de baisser un peu le volume sans qu’elle s’en offusque trop.

Enfin normalement.

E D I T H D E N A N T E S

Pet Shop Boys “Behaviour” [1990]

Chronique de l’album “Behaviour” des Pet Shop Boys sorti en 1990.

Album sorti en 1990, Behaviour est une étape importante dans la carrière du groupe d’électro pop Pet Shop Boys apparu quelques années auparavant avec le single “West and Girls” en 1985. Vinrent ensuite les albums PleaseActually et Introspective, tous gorgés de titres accrocheurs et dansants (“Suburbia“, “It’s A Sin”, “Heart“, “Domino Dancing“…) qui à l’époque cartonnèrent des deux côtés de l’Atlantique.

Contemplatif

Après ces trois disques sautillants, voilà que le duo se met en mode contemplatif avec ces dix titres tour à tour planants et teintés de sublime mélancolie. Avant ce disque, la critique ne voyait en eux qu’un groupe à singles, incapables de maintenir une cohésion d’ensemble à un album entier. Cette dernière en a été pour ses frais lorsque ce quatrième album et enregistré entre Munich et Londres sorti en 1990.

Comment ne pas se laisser aller à la détente avec le superbe “Being Boring” ? Revisiter son enfance scolaire dans l’introspectif “This Must Be The Place I Wanted Years To Leave” qui fait écho au “It’s A Sin” pondu sur Actually ?

On sonde l’âme d’un Lénine tourmenté qui semble avoir des doutes sur son œuvre (“My October Symphony“) et on se remémore nos premiers amours déçus dans “The End of the World” avant de se réveiller dans une vie d’adulte pas si établie que cela sur le plan sentimental (“Jealousy“) qui clot l’album de façon grandiose (mais pas pompeuse).

Being Boring

La participation du guitariste des Smith Johnny Marr apporte une touche de flamboyance à Behaviour, usant de nombreux effets et ce dès l’intro planante de “Being Boring“. Probablement un des tous meilleurs titres du groupe et qui est édité ici avec un fondu sortant. En effet une version de dix minutes de ce titre existe sur l’édition remastérisée en 2001. Elle a beau être plus longue, elle n’en est pas moins meilleure.

D’autres titres comme “How Do You Expect To Be Taken Seriously?” sont également très marqués par la patte de Marr. A l’inverse “So Hard” capitalise à fond sur le riff de synthé de Lowe et en fait peut être le seul titre vraiment “dansant” du disque.

Puis tout l’inverse deux ans après

A l’exact opposé les PSB produiront deux ans plus tard un autre sommet de leur carrière qui est résolument orienté dance floor à savoir l’album Very. Et qui sera popularisé en France par leur reprise de “Go West” des Village People qui sera utilisée par TF1 dans cette décennie pour son générique de la Ligue des Champions. Et plus curieusement par le PSG (ce dernier en fera la trame de son hymne officiel actuel).

A l’heure où l’on n’a jamais autant parlé d’homophobie dans les stades, voilà bien quelque chose qui devrait en dérouter plus d’un(e)… Pour celles et ceux qui n’ont pas tout compris, je vous recommande plutôt d’aller jeter un œil sur les pages wikipédia de ces groupes. La cause LGBT n’est en effet jamais très loin.

Avec Behaviour les PSB réussissent là un coup de maître avec un album brillant qui prouve que l’on peut aussi avoir des moments de faiblesse dans la vie. Parce que tout n’est pas si simple. Que rien n’est joué d’avance. Que tout se réinvente en permanence. Et ce grand disque le prouve.

E D I T H D E N A N T E S

Tracklist :
01. Being Boring – 6:49
02. This Must Be the Place I Waited Years to Leave – 5:30
03. To Face the Truth – 5:33
04. How Can You Expect to Be Taken Seriously? – 3:56
05. Only the Wind – 4:20
06. My October Symphony – 5:18
07. So Hard – 3:58
08. Nervously – 4:06
09. The End of the World – 4:43
10. Jealousy – 4:48

→ Site officiel du groupe
https://petshopboys.co.uk/

→ Lien wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pet_Shop_Boys